Libre poème adressé aux plus de deux cents Lectrices et Lecteurs de ce modeste blog

Publié le par Thomas ROGER DEVISMES

Caspar David FRIEDRICH, Le Voyageur au-dessus de la mer de nuages, 1817-1818, huile sur toile, Hambourg

Caspar David FRIEDRICH, Le Voyageur au-dessus de la mer de nuages, 1817-1818, huile sur toile, Hambourg

Gentes Dames, gents Sieurs,

Que ne vous dois-je, si ce n'est un poème?

Un poème... « c'est bon pour la bohème! »

« Cesse de rêver, travaille!

Travaille! Travaille! Travaille! »

Tel est ce que clament bien des gens...

Mais nous, Poètes, n'avons nul régent!

Trêve!

Place aux Rêves!

Grâce à votre soutien,

Que je ne néglige en rien,

J'ai abordé la France,

L'actualité internationale, le Commerce, l’Économie,

L'Art, l'Europe, la Résistance,

Le Sport, l'Ordinateur et les autres consoles, l'Industrie,

La Politique, la Justice et l'Injustice, la Finance,

Les Voyages, le Manga, l'Avenir, l’Écologie!

Tout cela en plus de la Littérature,

Au cœur, gentes Dames, gents Sieurs, de notre culture!

Torturez-moi!

Tuez-moi!

Réduisez-moi au silence!, oui, faites-moi taire!

Il y aura toujours en ce monde des contestataires!

Gentes Dames, gents Sieurs,

Bientôt,

Je lutterai corps et âme

Publiquement

Pour les Femmes,

Bientôt...

Gentes Dames, gents Sieurs,

En un mot:

« MERCI »