A un Poëte aveugle, in Les Contemplations, Victor HUGO

Publié le par Thomas ROGER DEVISMES

A un Poëte aveugle, in Les Contemplations, Victor HUGO

Gentes Dames, gents Sieurs,

Bonjour!

Aujourd'hui, je vous propose de lire [de nouveau] le célèbre poème intitulé « A un Poëte aveugle » de l'illustre Victor HUGO, issu du recueil « Les Contemplations », du livre premier « Aurore » de la partie « Autrefois (1830 - 1843) ».

L'extrait qui suit provient de la collection GF, des éditions Flammarion:

Merci, poëte! - au seuil de mes lares pieux,
Comme un hôte divin, tu viens et te dévoiles;
Et l'auréole d'or de tes vers radieux
Brûle autour de mon nom comme un cercle d'étoiles.



Chante! Milton chantait; chante! Homère a chanté!
Le poëte des sens perce la triste brume;
L'aveugle voit dans l'ombre un monde de clarté.
Quand l'œil du corps s'éteint, l'œil de l'esprit s'allume.



Paris, mai 1842.

A un Poëte aveugle, Les Contemplations

Gentes Dames, gents Sieurs,

Je vous remercie d'avoir accordé un peu de votre vital et ô combien précieux temps à la lecture de ce modeste article.

A très bientôt!