Une guerre contre les Femmes

Publié le par Thomas ROGER DEVISMES

Gentes Dames, gents Sieurs,

Bonjour!

Les Femmes sont sans cesse victimes des hommes, malheureusement.

L'extrait suivant provient de « Vers un Nouveau Monde, Décembre 2013 / janvier-février 2014, Les Grands Dossiers des Sciences Humaines n°33 », catégorie « Valeurs », article intitulé « La montée des valeurs féminines », notamment l'encadré « Une guerre contre les femmes », de Martine FOURNIER.

Une guerre contre les Femmes

Femme battue, Gine-Louise DELAUNEY, « La nature intrinsèque de la force n'est ni bonne, ni mauvaise, tout dépend de celui qui l'emploie et de la façon dont il s'en sert. Le côté lumineux et le côté obscur sont deux aspects opposés de la force. Ici, dans cette peinture, c'est le côté obscur qui se révèle. En France, tous les trois jours, une femme meurt, victime de violences conjugales!  », d'après http://www.artabus.com/french/variations.php

Femme battue, Gine-Louise DELAUNEY, « La nature intrinsèque de la force n'est ni bonne, ni mauvaise, tout dépend de celui qui l'emploie et de la façon dont il s'en sert. Le côté lumineux et le côté obscur sont deux aspects opposés de la force. Ici, dans cette peinture, c'est le côté obscur qui se révèle. En France, tous les trois jours, une femme meurt, victime de violences conjugales! », d'après http://www.artabus.com/french/variations.php

« Le monde se masculinise », titrait The Wall Street Journal en 2011. Après d'autres, c'est une journaliste états-unienne spécialiste de la Chine, Mara HVISTENDAHL, collaboratrice de la revue Science, qui sonnait l'alarme dans un ouvrage couronné prix Pulitzer aux États-Unis.



Biologiquement, il naît environ 105 garçons pour 100 filles. Pourtant, dans l'Inde d'aujourd'hui, la proportion est de 112 garçons pour 100 filles, et de 121 pour 100 en Chine. Au cours des trois dernières décennies, l'introduction de l'échographie, le recours à l'avortement sélectif et le manque de soins ont privé la population de ces pays de quelques 160 millions de femmes. Et ce déséquilibre ne concerne pas que ces deux géants démographiques: on retrouve le même problème en Corée du Sud, au Pakistan, en Azerbaïdjan ou en Géorgie.



Dans de nombreuses cultures, la naissance d'un petit mâle est nettement plus prisée que celle d'une fille.



Or, pour M. HVISTENDAHL, les conséquences de tels comportements sont infiniment dommageables. Lorsque le rapport de masculinité est élevé, la violence et le commerce des femmes prédominent.



Pour elle, la violence sur la frontière dans l'Ouest américain au XIXème siècle était pour partie due au manque de femmes: en 1870, le rapport de masculinité à l'ouest du Mississippi était de 125 et de 166 en Californie.



En Inde, ajoute la journaliste, le rapport de masculinité est un meilleur indicateur de violence et de criminalité que le revenu par habitant.

Vers un Nouveau Monde, Décembre 2013 / janvier-février 2014, Les Grands Dossiers des Sciences Humaines n°33

Conclusion: plus une société est féminisée, moins elle est violente.

Gentes Dames, gents Sieurs,

Je vous remercie d'avoir lu cet article dans son intégralité.

Moult progrès reste encore à faire en matière d'amélioration de la condition féminine.

A très bientôt!