De la paresse intellectuelle

Publié le par Thomas ROGER DEVISMES

Lectrices, Lecteurs,

 

Bien le bonjour!

 

Suite aux articles concernant le « savoir engagé » et le défi du politique face au prétendu « Front National », je vous propose quelques pistes pour sortir de la paresse intellectuelle, caractéristique d'une société prônant le « toujours plus vite », au risque de se fourvoyer dans de dangereux raccourcis.

 

 

« Face au FN,
sortons de
la paresse intellectuelle »

Le grand échec de l’antifascisme militant est de ne pas avoir su penser la complexité du phénomène auquel il répond.

Nous sommes en 2015 et nous savons désormais que répéter «F comme fasciste, N comme nazi» pendant trente ans ne mobilise pas.

Parce qu’intuitivement, les citoyens ont le sentiment que cela ne colle pas.

Le propre du fascisme, c’est de préparer la transformation intégrale de l’homme, l’avènement d’un homme nouveau.

Je n’ai pas l’impression que tel soit le projet du FN.

Jean-Yves CAMUS

Ce qui fera la victoire du FN, c’est une société conforme aux souhaits de Jacques Attali, selon qui «nous serons tous intermittents du spectacle».

C’est une phrase terrible, parce qu’il y croit et qu’il n’est pas le seul.

Jean-Yves CAMUS

« "Bon courage"
et autres tics de langage
dans l'air du temps »
(Marianne)