La Grande Librairie - 17/03/2016

Publié le par Thomas ROGER DEVISMES

Au programme:

Fabrice LUCHINI,
« Comédie française
-
Ça a débuté comme ça
»

Il nous a fait redécouvrir La Fontaine, Rimbaud et Céline.
Il incarne l'esprit et le panache de la langue française.

En prose, en vers et même en verlan, il a donné sa voix à d'immenses auteurs, auxquels il sait faire respirer l'air de notre temps - en racontant la fureur du Misanthrope à l'ère du téléphone portable, ou la sensualité de "La Laitière et le pot au lait" sur l'air d'une publicité pour Dim.

Il a quitté l'école à quatorze ans pour devenir apprenti coiffeur.
Il est aujourd'hui l'un de nos plus grands comédiens, célébré pour ses lectures-spectacles, couronné par la Mostra de Venise pour son rôle dans son dernier film, L'Hermine.

Dans son autobiographie, Fabrice Luchini livre le récit d'une vie placée sous le signe de la littérature, à la recherche de la note parfaite.

Fabrice LUCHINI - « Comédie française - Ça a débuté comme ça », FLAMMARION

Michel ONFRAY,
« Le miroir aux alouettes »
et
« Penser l'Islam »

Ceci est, d'une certaine manière, une autobiographie politique dans laquelle il est question d'athéisme social et de refus des mythes proposés par ceux qui nous gouvernent ; de ce qui nourrit le Front national et du rôle de la gauche libérale dans la formation de ce chiffon rouge ; du besoin des Le Pen qui structure la gauche gouvernementale et de sa prétendue lutte contre eux ; de la fabrication du consentement par les médias et du journalisme comme propagande de ces mythologies ; du souverainisme devenu un gros mot et, conséquemment, de la servitude transformée en vertu ; de la religion libérale qui triomphe depuis 1983 et génère la misère, donc le populisme ; des guerres faites aux côtés des Bush depuis 1991 et qui contribuent au terrorisme dans le pays ; de la haine de ceux qui, comme moi, restent fidèles à la gauche sociale et pacifiste ; du mépris dans lequel est tenu l'athée que je suis et des insultes qui accueillent quiconque pense l'islam en voltairien ; de la nécessité d'en finir avec les imposteurs qui se disent de gauche, mais qui ne mènent pas une vie de gauche ; enfin, de la gauche libertaire qui est la mienne et de la possibilité ici et maintenant d'une anarchie positive.

Michel ONFRAY - « Le miroir aux alouettes », PLON

« Il est difficile, ces temps ci, de penser librement et encore plus de penser en athée.
Affirmer que les idéaux de la philosophie des Lumières sont toujours d’actualité nous fait paradoxalement passer pour des réactionnaires, des islamophobes, voire des compagnons de route du Front National assimilé au fascisme.
Dans un monde qui prétend en masse « Je suis Charlie », Voltaire revenu passerait pour un défenseur du fanatisme !
C’est le monde à l’envers.
Je me propose de réactiver la pensée des Lumières dans ce Penser l’Islam.
Non pas le penser en faveur ou en défaveur, ça n’est pas le propos, mais en philosophe.
Je lis le Coran, examine les hadiths et croise avec des biographies du Prophète pour montrer qu’il existe dans ce corpus matière au pire et au meilleur : le pire, ce que des minorités agissantes activent par la violence, le meilleur, ce que des majorités silencieuses pratiquent de manière privée.
Comment la république doit-elle considérer ces deux façons d’être musulman ?
Y-a-t-il des relations et des points de passage entre minorités agissantes et majorités silencieuses, sachant que l’histoire est faite par les premières, pas par les secondes ?

Ce livre remet également en relation ce qu’il est convenu d’appeler le terrorisme avec la politique étrangère islamophobe menée par la France derrière l’OTAN depuis des années.
Nous nommons barbarie ce que nous ne voulons pas comprendre.
L’islam terroriste a été partiellement créé par l’occident belliqueux.
Les choses ne sont pas aussi simples que ce que, de part et d’autre, on voudrait nous faire croire.
D’où la nécessité de se remettre à penser.
Sur ce sujet comme sur d’autres.»

Michel ONFRAY - « Penser l'Islam », GRASSET

Alain MABANCKOU,
« De la littérature coloniale
à la littérature « négro-africaine »
»

En plus des deux lauréat-e-s
du prix France Télévisions,
catégories roman et essai...

La Grande Librairie
(France 5)