Hommage à Mario SOARES et réflexions d'Edgar MORIN

Publié le par Thomas ROGER DEVISMES

Hommage à Mario SOARES, 
ancien président de la
République portugaise,
mort le 7 janvier 2017,
à l'âge de 92 ans

À l’occasion de la mort de l’ancien président du Portugal, Mario Soares , nous republions ce grand article d’Edgar Morin paru dans "le Nouvel Observateur" en 1975, au lendemain de la Révolution des Œillets.

L'OBS

L'information, dans une machine, c'est le «programme» qui commande l'énergie.

Dans un organisme, c'est le «code génétique» qui commande le développement et la survie.

Dans l'ordre des sociétés humaines, l'information ainsi entendue couvre les règles, les normes, les interdits, le savoir-faire, les savoirs, y compris les informations de presse, c'est-à-dire la commande.

L'OBS

Dans ce sens, contrôler l’information, c'est contrôler ce qui contrôle, commander ce qui commande, formuler ce qui donne forme.

L'appropriation du contrôle par une élite dirigeante réduit la majorité des citoyens à l'exécution des tâches purement énergétiques.

La relation maîtresse de l'information sur l'énergie dans le domaine de la physique se reproduit dans la relation sociologique de l’exploiteur à l'exploité.

L'OBS

Toute domination particulière se masque derrière un principe universel.

La monarchie de droit divin faisait parler Dieu par sa bouche; la bourgeoisie faisait parler l'homme.

Il est clair que cela supposait, dans le premier cas, le silence de Dieu et, dans le second, celui de l'homme.

L'appareil de droit prétendu marxien fait parler le peuple par sa bouche.

Mais il est clair qu'il a besoin de faire taire le peuple pour cette opération ventriloque.

L'OBS

Si les libertés de la presse sont restreintes ou faussées dans les sociétés bourgeoises, le problème est, dans une société socialiste, non pas de les annuler mais de les élargir et de les multiplier.

Marx, entre parenthèses, dénonçait dans les «libertés formelles» l’insuffisance, non l'excès de liberté.

L'OBS